Climbing up on Twin Peaks Hill, I could see the city lights

Deuxième journée à SF, je souhaite consacrer le temps qu’il faut au San Francisco Asian Art Museum. Depuis le temps que j’entends parler de ce qui est l’équivalent nord-américain du Musée Guimet !

Objectivement le seul vrai défaut de ce musée, par ailleurs irréprochable sur la qualité des oeuvres, les textes de présentation, les éclairages, le restaurant, le seul vrai défaut donc, ce sont les horaires : 10-17h. Cela a l’air suffisant comme ça mais en comptant la pause déjeuner, nous n’avons fait que la moitié des collections permanentes (Indes, Asie du Sud-Est, Tibet Népal et le début de la Chine), restent donc la Chine, Corée et… le Japon.

Mention spéciale pour les textes de présentation et de contexte qui ne vous prennent pas de haut et qui vous expliquent à vous pauvre béotien égaré en terres inconnues qui est Avalokisteshvara, ce qu’est un stupa, etc…

Au chapitre des immanquables, des pièces du Gandhara dont le style, fusion d’orient et d’occident et résultant des avancées du Grand Alexandre dans le Far-East, me fascinent toujours autant et des jades (dont je ne suis pourtant pas fan habituellement)… en les voyant votre coeur fera boum, boum, boum

Mais puisque je vous dis que ça vient du Pakistan :

La salle dédiée aux jades est émouvante tant elle est remplie de splendeurs, les coups de coeurs : 2 pièces en Lapis-Lazuli à tomber (et puis tout le reste aussi d’ailleurs quand on connaît la difficulté à travailler le jade) !

Petit tour à la boutique du musée où je ne résiste pas ramener quelques emplettes d’autant que les catalogues sont à des prix défiant toute concurrence.

Nous complétons la journée par une petite (grosse) marche via Japan Town jusqu’à Twin Peaks (belle vue). En route, nous traversons aussi le quartier gay (2 fois) et des quartiers résidentiels dont bizarrement les maisons ne semblent pas pleine de vie (certains sont même peu entretenues ce qui, connaissant les habitudes US, doit être la marque d’un abandon). Est-ce le week-end ou la crise des subprimes ? En revanche, les restos sont bien complets ! Un contraste de plus dans une ville où les SDF sont aussi nombreux et visibles que les coûteuses voitures…

Les painted ladies :

Market Street :

Le Goldent Gate bataillant contre les brumes, vu depuis Twin Peaks

Le soir nous changeons l’eau en vin dans un restaurant italien qui n’est pas plein.

Au chapitre des mauvaises nouvelles, la lentille de mon G10 est ornée d’une magnifique rayure qui risque de me le rendre inutilisable… sables et poussières ont fortement marqué les appareils pendant ce voyage, mon 18-200 gratte aussi pas mal…

SF est une ville où se garer et compliqué… et parfois dangereux :

Publicités
Cette entrée a été publiée dans USA. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s