Thé, café, Chocolat à Cognacq-Jay

Le musée Cognacq-Jay continue d’explorer son fond de commerce, le XVIIIème, cette fois sous l’angle des drogues douces qui se diffusent alors lentement en France.

Cette (très) courte exposition est scindée en 3 salles : la première présentant le contexte (plutôt orienté XVIIème siècle du fait des dates d’introduction de ces produits exotiques), la deuxième les lieux de consommation et la troisième les ustensiles. Tout comme mon article précédent à Branly, je débuterai par une mise en garde, mais cette fois-ci elle n’est que le fruit de ma perception : « il n’y a pas que des chefs d’œuvre », exemple :

Le Masurier, Famille métisse

screenshot.2

Si le thé est décrit dès 1298 par Marco Polo, ce n’est pas ce breuvage qui aura, 5 siècles plus tard, les faveurs de la haute frange de la population. Le thé est, depuis qu’un gaulois leur a en fait boire en guise de magique potion, la boisson de la Perfide Albion (et des Néerlandais) qui en possèdent le monopole. Des taxes dissuasives finissent de le mettre hors de portée des bourses, même les mieux garnies, de notre beau royaume. Café et chocolat se taillent donc la part du lion dans les habitudes de consommation (et dans l’exposition).

Le chocolat arrive en 1660 à la Cour dans les valises de Marie-Thérèse d’Autriche et 9 ans après c’est un ambassadeur de la Sublime porte qui apporte le café. Pardon le caffé. Seulement une décennie plus tard, les premières fèves de cacao produites en France (en outre-mer forcément) débarquent à Paris.

En 1676, une corporation des Limonadiers-marchands d’eaux de vie dont le spectre d’activité inclut le café, est créée à Paris.

Le cacao va rester élitaire pendant tout le XVIII siècle, le caffé va un peu plus se fondre dans les couches basses (de la haute tout de même) et s’installer tranquillement dans des lieux dédiés à sa consommation : Caffé Turc, Procope, Caffé de Manouri.

En parallèle, la Cour s’enflamme au gré des échanges entre pro- et anti-, appuyés par des médecins parfois eux-mêmes négociants en café – les conflits d’intérêt dans ce milieu ne datent pas d’aujourd’hui. Globalement, tout le monde est d’accord pour dire que le caffé échauffe le sang.

screenshot.1

La dégustation de ces boissons s’accompagne d’un arsenal d’ustensiles, souvent en porcelaine, spécialement conçus avec à l’esprit une recherche de la sobriété et de la discrétion dignes d’une division blindée le soir au fond des bois. Le sommet est atteint avec porcelaines en veines de bois façon trompe l’œil.

 

Pour se reposer l’œil après ce kitsch assumé, on peut terminer la visite par des plans de théières, tasses, litons de la manufacture de Sèvres.

screenshot.5

screenshot.3

Je l’ai déjà mentionné, l’exposition est courte, ce qui n’est pas un mal en soit mais le devient en regard du droit d’entrée. Le thème est bien trouvé, original mais la mise en œuvre est peut être un peu fouillis. Il aurait sans doute mieux valu séparer les 3 boissons, peut-être une par salle, pour ne pas brouiller le message. Car avec beaucoup de peintures un peu anecdotique, le soufflé retombe un peu vite, c’est dommage d’autant qu’il y a un très appréciable effort de pédagogie : dans les textes qui accompagnent les pièces, mais aussi une application dédiée sur Android et IOS et un très bon dossier de presse dont je ne peux que conseiller la lecture pré-visite.

Avoir mis des colonnes odoriférantes (je les appelle comme je veux) est une bonne idée mais sans doute un peu trop discrète (il faut avoir le nez dessus).

 

Jusqu’au 27 septembre

Durée : 20-30 minutes

Tarif : 7 euros

Site officiel : http://museecognacqjay.paris.fr/les-expositions/cafe-ou-chocolat

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s