Ecole de Lingnan

Cela fait plusieurs saisons que le Musée Cernuschi nous fait découvrir la peinture chinoise ancienne d’abord, plus récente (XIX-XX) ensuite. Comme c’est toujours bien conçu avec des œuvres bien choisies et en privilégiant la qualité à la quantité, la dernière en date, consacrée à l’École de Lingnan, ne peut qu’être intéressante.

Cette école, qui globalement couvre la fin du XIX et les premières décennies du XXème, plonge à la fois ses racines dans la tradition picturale de l’Empire du Milieu (où je sens que ça va me plaire) mais va aussi fureter de l’autre côté de la mer, au Japon (oulà c’est jackpot).

Peintures de fleurs et d’oiseaux voisines avec des paysages de montagnes enneigées qui font prendre un sacré coup de jeune à la manière Song, mais s’invitent aussi, en cette époque troublée, les traces des conflits qui ensanglantent la Chine.

L’exposition suit cette dichotomie et débute de manière fort peu surprenante par des beaux rouleaux et kakemonos aux motifs traditionnels.

 

Ju Lian (1828-1904) Rouleau aux 100 fleurs (encre et couleurs sur soie), plus de 6 m de long

ju-lian-rouleau100fleurs

Gao Jianfu, Seiches

gaojinafu-seiches

 

La touche, d’un incroyable fraicheur, presque translucide est obtenue en vaporisant de l’eau avant le séchage de la couche picturale. On obtient un effet qui peut faire penser à de l’aquarelle mais avec plus de contraste du fait de la blancheur du support.

 

Après cette entrée en matière, on voit apparaître un nom japonais parmi les artistes. En effet, il y aura beaucoup d’influences et d’échanges entre les 2 contrées, le Japon de l’ère Meiji est en pleine période Nihonga. Ce dernier  promeut une peinture traditionnelle résitant à l’influence occidentale qui commence à toucher l’archipel, mais plus qu’une opposition entre 2 mondes, on a plutôt le sentiment d’une synthèse entre l’orient et l’occident qui débouche sur une peinture qui renouvelle, réinterprète les anciens. Dans tous les cas, cet état d’esprit, colle parfaitement aux projets de nos peintres chinois.

 

Alors la merveille de l’exposition, du même Takeuchi Seiho, est une tête de lion de profil que malheureusement je n’ai pas retrouvée donc en voici un autre du monsieur mais qui n’a pas la même force.

cernuschi4

 

L’unicité des styles n’est pas vraiment à l’ordre du jour, ainsi Chen Shuren, grands aplats cernés de traits de pinceaux. Le tableau ci-dessous n’est pas exposé mais illustre bien la technique.

cernuschi3

 

On arrive à la seconde moitié de l’exposition et l’iconographie traditionnelle est progressivement mise de côté pour une exaltation de la bravoure, un appel à l’action comme le couple de lions aux muscles bandés qui figure sur l’affiche.

cernuschi1

Le visage guerrier apparaît : avions, soldats. Car la nouveauté, c’est l’engagement politique voire violent des artistes de l’école de Lingnan, aux côté de Sun Yat Sen, face au moribond pouvoir impérial.

Gao Jianfu, incendie du Palais E’Fang.

cernuschi2

 

Mais tout n’est pas que conflit, en témoigne le tableau, tout de même inquiétant, Huang Shaoqiong, « écouter les loriots parmi les ondulations des saules ».

Huang ShaoQiang

En conclusion, une réussite d’un point de vue esthétique, la sélection est incroyable, variée dans les thèmes et les styles. Il faut le voir en vrai, d’autant qu’il y a quand même des très grands formats. D’un point de vue historique, difficile de se plaindre d’une telle sortie des sentiers balisés. Du tout bon donc, si ce n’est l’interdiction de prendre des photos.

 

Durée : 30-45 minutes

Tarif : 8 euros

Jusqu’au 28 juin

Site officiel : http://cernuschi.paris.fr/fr/expositions/l-ecole-de-lingnan-l-eveil-de-la-chine-moderne

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s