Projet de fin d’année

Après avoir un peu restructuré ma partie borne d’arcade, j’ai décidé de partir sur un autre sujet, un peu antagoniste mais je ne suis pas à une incohérence près.

Le cahier des charges était une solution simple, élégante permettant de jouer aux consoles 8/16 bits, éventuellement 32 bits, sur la télé, avec un encombrement minimum. L’idée étant, je veux jouer, j’appuie sur « On », tout se passe bien.

J’avais étudié les solutions type Everdrive mais si elles répondent au besoin, permettent de jouer avec les manettes d’origine, elles sont relativement chères et ne permettent pas de gain de place. J’avais ensuite opté pour un Raspberry + Retrodrive, mais son évolutivité est limitée. Bien conseillé, je me suis donc tourné vers un Intel Nuc doté d’un celeron avec Kodi et Roms Collection Browser.

Premier bon point, c’est vraiment tout petit.

DSCF9359

Deuxième point, c’est silencieux.

Et en plus ça fait le boulot.

Pour la megadrive, l’émulateur retenu est Kega Fusion 3.64

  • -fullscreen pour le lancer en mode plein écran,
  • Utilisation du Microsoft Application Compatibilité Toolkit avec -DXPrimaryEmulation  -DisableMaxWindowedMode (super intuitif) pour dépasser les 20 fps.

Après avoir testé quelques jeux, tout fonctionne correctement.

Ensuite, reste à faire le travail pour chaque émulateur, cela prend un peu de temps d’autant que je n’ai pas suivi l’actualité de ce milieu depuis belles lurettes.

  • N64 avec Project64 2.1 qui mis à part quelques glitches d’affichage (et une config un peu pénible) offre un résultat assez bluffant. Gros avantages des émulateurs ici, le rendu des textures : F-zero X est presque beau sur une télé HD, « presque » car les sprites 2D n’ont pas le droit au même ravalement. Le rendu global est plus net que sur la console d’origine, après on aime ou aime pas.
  • la PC-Engine avec Ootake.
  • La super-nintendo avec Snes 9.x.

Le clavier reste nécessaire :

  • pour les fonctions spéciales dans l’émulateur (modification de la région de la console, save/load, etc…)
  • pour se connecter à Windows.

Du coup, ma borne d’arcade dans le meuble ne garde un intérêt que par les shmups verticaux et la manette. Un petit redesign de cette dernière permettrait peut être de la ranger plus facilement près du divan. En revanche pour pivoter la télé de 90°, cela va être une autre paire de manche.

La todo-list :

  • Régler les derniers problèmes techniques : surtout avec Rom Collection Browser qui n’affichent pas les items dans ses menus (bug connu)et veut absolument rescanner l’ensemble des roms dès que j’en ajoute une.
  • Tester en mode 2 joueurs.
  • Tester PC-EngineCD, la SuperGrafx,
  • Configurer la NeoGeo, les 8 Bits,  la Saturn et la Dreamcast. Avec un doute quand même sur la possibilité de faire tourner confortablement la dernière.
  • De l’autre côté du miroir, configurer Amiga, Atari et vieux PC.
  • Étudier l’adaptation du stick neo-geo vers de l’USB

Finalement, cela aura été un noël et un week-end très régressifs. J’ai fouillé dans des vieux Joysticks, dont un Hors-Série de l’été 1991 : remettez-vous dans le contexte, la megadrive venait de sortir (1290Francs dans les pubs en N&B de Micronomania), la Game Gear consommait déjà 2 tonnes de piles par mois, la SNES n’existait qu’au Japon, la PC-Engine était distribuée officiellement en France. Cela ne nous rajeunit pas mais donne une envie folle de se replonger dans des vieux titres qui faisait baver à l’époque : Spriggan sur PC-Engine CD, Elf sur Amiga, Wonderboy V sur MD, etc…

Nostalgique ? Oui bien sûr. En même temps, il y a des raisons. Ainsi en feuilletant un numéro de Joystick au hasard, on trouve 71 tests rien que sur Console, probablement autant sur PC-Amiga-ST et un paquet de previews. Difficile de trouver une telle abondance aujourd’hui (je parle de jeux crédibles hein pas de Candy Crush-like) et surtout une variété aussi débridée, notamment parce qu’à l’époque un petit studio pouvait rendre une copie sérieuse en 1 an de boulot sans investir des millions d’euros.  Une époque bénie même si, soyons honnête, tout ce qui existe aujourd’hui n’est pas à jeter avec bébé dans les orties.

En tout cas, je suis maintenant équipé pour retourner dans une époque de panache et de gloire, de sueur, de larmes et de sang (et de sticks cassés).

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s