Le Japon, au fil des saisons au musée Cernuschi

Aaaaahhh on va un peu changer des estampes japonaises !! C’est vrai quoi à la fin, il y en a que pour le Soleil Levant, les vues du Mont Fuji et patati et patata.

Et oui pour une fois, c’est de la peinture japonaise dont il est question ici. Le Musée Cernuschi s’habille pour l’automne/hiver avec les pièces de la collection de Robert et Betsy Feinberg (connaissez pas ? moi non plus et là n’est pas le plus important).

Autant le dire tout de suite, je trouve à redire à l’incipit du site officiel qui prétend qu’on va y voir les liens intenses entre les japonais et la nature. En revanche, quand ils assurent en préambule de l’exposition qu’il y a des chefs d’œuvre, je ne peux qu’acquiescer.

Si le thème – « la nature, les petites fleurs, les petits zozios » – le médium -peinture sur soie ou papier – sont fixés, style et formats vont beaucoup varier au cours des XVIII et XIX siècles que nous sommes invités à parcourir ici. Pas de rupture stylistique – le changement de style cataclysmique est plus à chercher dans la peinture occidentale – mais une transition douce, avide de respecter les prédécesseurs, tout en insérant, par petites touches – parfois peu accessibles aux profanes- des innovations, des particularismes qui vont donner naissance à une nouvelle école, à un nouveau maître.

D’une première période, à l’influence très chinoise, les artistes japonais vont peu à peu se singulariser, frisant parfois l’abstraction.

DSCF7046

Ike no Taiga : bambous dans la tourmente

DSCF7042

Yamamoto Baiitsu :  vues du Mont Takao en automne (détails)

DSCF7043

DSCF7044

Tani Buncho, le Mont Fuji

DSCF7047

Mori Sosen, singes dans les pins devant une cascade  (détail) :

DSCF7057

Goshin : prunier en fleur dans la neige

DSCF7049

Petit à petit, avec l’ouverture du pays aux influences étrangères, perspectives et ombrages vont être introduits dans la peinture.

Gyokusen, La lune au fil des saisons

DSCF7058

Le courant Rinpa, plus décoratif, convoque lavis d’or, couleurs riches et profondes pour des kakis et des feuilles d’érables en automne.

DSCF7051

DSCF7052

La série « Fleurs et oiseaux au fil des mois » de Sakai Hoïtsu, constituée de 12 kakemonos faisant communier des plantes et une petite bestiole à plumes (ou pas d’ailleurs).

DSCF7054

DSCF7048

DSCF7053

Le courant Nihonga qui clôt le parcours, montre  une réaction nationaliste, fière de ses motifs et traditions, face l’invasion d’une peinture occidentale « Yoga » jugée décadente (il faut dire qu’elle se vautre dans le gras de son huile colorée).

Suzuki Shonen, Lune dans les nuages :

DSCF7055

Watanebe Seitei, prêles et libellules :

DSCF7056

C’est tout petit ! Mais c’est très dense, avec des œuvres capables de vous happer dans un tourbillon d’encres pendant de longues minutes. Comme souvent, des grands espaces vides apportent à ces peintures une grande force suggestive. On ne comprend pas forcément tout aux mises en contexte historique (il faut dire que l’histoire du Japon, c’est un peu le bazar) mais ce n’est pas bien grave, les pièces se suffisant à elles-mêmes.

Ma note : étoileétoile

Site officiel : http://www.cernuschi.paris.fr/fr/expositions/le-japon-au-fil-des-saisons

Tarif : 8 euros (un peu cher quand même, il faut mieux avoir la carte Paris Musées)

Durée : 30-45 minutes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s