Les 2 Honorés : les plages à Paris, Daumier chez Balzac

Encore une première visite chez Honoré (de Balzac) en sa demeure du XVIème arrondissement, avec une charmante petite exposition d’Honoré (Daumier).

DSCF6306

La maison-musée est située dans la seule demeure parisienne de Balzac qui subsiste encore. C’est ici, sur les coteaux de Passy, qu’il vécut de 1840 et 1847 et écrivit.

Beaucoup.

Vraiment beaucoup. DSCF6291

Bourreau de travail, dopé à la caféine, Balzac faisait ses 35 heures en 2 jours, rédigeait la Comédie Humaine et s’épuisait littéralement et littérairement en multiples corrections des éditions. Une salle donne d’ailleurs à voir les nombreuses corrections qu’il apporte sur 3 pages de son œuvres, c’est impressionnant.

Le fauteuil et le bureau qui ont soutenus la réalisation de ce poids lourd de la littérature française :

DSCF6289

 

Une autre salle est consacrée à la communauté de personnage qu’il a créée, 2500 pour son chef d’œuvre, avec une généalogie à faire baver le plus blasé des mormons. D’autant que là, on a aussi les relations extraconjugales (en rouge).

DSCF6293 Sont présentées aussi les plaques typographiques des illustrations de ses ouvrages, réalisées en bois puis tirées sur métal.

DSCF6292  DSCF6294

Pour la petite histoire, Balzac et Daumier se connaissaient et ce dernier a travaillé à certaines illustrations de la Comédie Humaine.

Au premier étage (sachant qu’on rentre par le deuxième), vous aurez donc 2 salles consacrées à Daumier sur la thématique aquatique. En cette saison estivale qui va bientôt servir de prétexte à Paris-plage, l’occasion est saisie de présenter le regard amusé, moqueur mais pas méchant de Daumier sur les liens entre les parisiens et leur fleuve.

En préambule, il vaut mieux garder à l’esprit que l’étendue spatiale de Paris n’avait rien à voir avec ce que l’on connaît maintenant et que la campagne était véritablement aux portes de la ville. les berges n’avaient encore été ni bétonnées, ni domestiquées et les troupeaux paissaient en toute tranquillité là où maintenant passe la ligne 13. Le fleuve n’avait pas non plus été souillé par l’industrie et était encore poissonneux.

Charles-Louis Mozin, vue de Paris depuis les hauteurs de Passy, 1830 : la vue correspond grosso-modo à ce que vous voyez vers l’est depuis la maison de Balzac, notez l’absence de Tour Eiffel (entre autres).

DSCF6296

Jean-Charles-Joseph Remond, bords de Seine près d’Asnières.

DSCF6297

Bref, un autre monde, qui attirait les parisiens en même temps qu’il les effrayait car en ce temps-là, la natation n’était pas un loisir très répandu. La baignade, occupation de la plèbe au début du XIXème siècle, se faisait généralement dans le plus simple appareil et pour cette raison était relativement peu autorisée. Mais la peur du gendarme devait rendre encore plus tentante une petite trempette. Des bains publics, assemblages bringuebalants de planches à même le cours d’eau, permettaient aux individus des deux sexes de se baigner sans se mélanger.

DSCF6298 DSCF6303

Daumier croque ainsi tout ce petit monde, les pécheurs, les marins d’eaux-douces, les apprentis nageurs, finalement peu de choses ont changé. Si ce n’est qu’il faut aller beaucoup plus loin qu’avant pour pratiquer les mêmes activités !

DSCF6299 DSCF6300 DSCF6302 DSCF6303

C’est tout petit mais c’est donc à voir, la maison de Balzac a encore du charme même si le jardin pourrait sans doute être mieux mis en valeur.

Site : http://www.paris.fr/pratique/musees-expos/maison-de-balzac/exposition-plages-a-paris-selon-daumier-du-20-juin-au-28-septembre-2014/rub_6837_actu_141924_port_15616

Tarif : 5 euros

Durée : 3/4-1 heure (collection + expo)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s