Litho or not litho thas is the question : Delacroix & Shakespeare

La Mort d'Ophélie, Delacroix, Lithographie, Hamlet

La Mort d’Ophélie, Hamlet

Eugène Delacroix, anglophile et romantique, ne pouvait difficilement que passer à côté du poète de Stratford-Upon-Avon. Ces séjours en Albion et son goût pour le théâtre lui ont bien vite donné l’idée de transcrire en dessin l’œuvre de Shakespeare. Il sera en particulier fasciné par Hamlet, même s’il travaillera aussi sur Roméo et Juliette et MacBeth. Pour l’exposition qui nous intéresse, il choisit un médium, innovant pour l’époque car permettant aisément la reproduction de l’original : la lithographie.

 

Le principe est simple (encore fallait-il le trouver…) :

1- L’artiste dessine sur une pierre calcaire rendue tout à fait lisse avec un crayon noir et gras (très important le gras). Pas de gomme, pas le droit à l’erreur. 2- Par un procédé qui m’échappe, on enlève le carbone du trait (le noir du crayon) pour ne laisser subsister que le gras (et le gras c’est jaune, oui bon…).
Principe lithographie, étape 1 Principe lithographie, étape 2
3- La pierre est ensuite généreusement humidifiée à l’éponge et comme l’eau n’aime pas le gras, les parties dessinées restent sèches. 4 – On prend ensuite un gros rouleau à pâtisserie préalablement encré. Comme l’encre est grasse (décidément ce n’est pas une cuisine légère), elle est aussi hydrophobe, elle ne va donc se déposer que sur les parties dessinées. L’image positive apparaît donc.
 Principe lithographie, étape 3  Principe lithographie, étape 4
 5- Il n’y a plus qu’à mettre la feuille à imprimer, presser et c’est prêt.  6 – Bien sûr, le tirage est en miroir de l’original.
 Principe lithographie, étape 5  Principe lithographie, étape 6

Delacroix dessinant un tout petit mieux que votre serviteur, le résultat est plus fin et nuancé :

Hamlet, Delacroix, Lithographie

Hamlet

Jane Shore, Delacroix, Lithographie

Jane Shore

Fin du TP « les mains pleines de gras et d’encre ». Delacroix a donc réalisé 16 lithographies reprenant les moments les plus dramatiques jalonnant Hamlet, ainsi que d’autres pour Othello, Jane Shore (pièce de Nicholas Rowe).

Elles n’ont pas rencontré un grand succès à l’époque de leur réalisation et n’ont été tirés qu’à 200 exemplaires. Les  pierres lithographiques, sciées dans le sens de la profondeur pour empêcher toute future reproduction, sont conservées par le Musée Delacroix et exposées ici en même temps que les tirages. Les originaux sont bien sûr plus contrastés que le tirage et aussi un peu plus « durs » mais présentent un bel effet de matière. Même si toutes sont admirablement construites – ou plutôt, vu le contexte, mises en scène – quelques pièces sortent clairement du lot, comme la Mort d’Ophélie, MacBeth et les sorcières…

Hamlet, Delacroix, LithographieVoilà donc une petite exposition pour découvrir une facette discrète et modeste du peintre (qui n’a donc pas que représentée des femmes à demi-nues, exhibant outrageusement des morceaux de chair à des émeutiers déchainés), l’occasion aussi de découvrir, si vous ne connaissez pas encore, ce musée niché, dissimulé, prés de Saint-Germain.

Tarif : 7,5 euros

Dates : jusqu’au 31 août 2014

Durée : 30-45 minutes

Site officiel :  http://www.musee-delacroix.fr/fr/les-activites/expositions/expositioneugene-delacroix-le-plus-legitime-des-fils-de-shakespeare26-mars-au-31-aout-2014

DSCF6065

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s