Nuées dans un ciel sans nuage

2014-03-08 15.06.12Une fois n’est pas coutume, ce samedi se déroule sous un ciel uniformément bleu. Comme nous ne sommes heureux que quand il pleut, il faut se réfugier en intérieur, pour une exposition sur les nuages. Il y a une certaine logique, vous ne pourrez me l’enlever.

Donc, puisque le musée de la poste est en travaux, il organise des exposettes hors les murs. Pour le coup, ils ne sont pas allés loin puisque celle qui nous intéressait était sise à 300 m, rue du Maine, au musée du Montparnasse.

 

2014-03-08 14.49.50

Le dit musée se cache au fond d’une ruelle où se succèdent des ateliers, c’est mignon comme tout. Le rez-de-chaussée fait découvrir l’histoire de la cartographie des nuages (qui n’est donc pas qu’un roman) depuis Larmack et les efforts qui se sont succédés pour répertorier et classifier les nuages depuis. Le britannique Howard emportant la victoire avec son système de dénomination latin.  Je m’attendais d’ailleurs à ce qu’on parle de Goethe, qui a lu Howard,  dont je savais déjà l’intérêt pour le sujet et qui l’a joliment illustré mais mon espoir a été déçu. Cela dit on apprend quand même des choses notamment donc l’existence de l’Atlas international des nuages (première parution en 1896, une nouvelle édition en cours d’élaboration) ainsi que le mise en place d’un réseau d’observateur-photographes chargés de fixer sur pellicules une vue de la couverture nuageuse à un instant donné sur l’ensemble du pays.

2014-03-08 14.53.03

A ‘l’étage, 5 artistes contemporains sont exposés qui travaillent sur le thème. C’est inégal mais intéressant quand même :

Spencer Finch : quelques photos au format carré astucieusement disposées pour former un ensemble nuageux (enfin c’est mon interprétation), plus intéressant à voir de loin que de près, chaque photo, considérée isolément, me paraissant anecdotique

Mi-Hyun Kim : quelques –classiques – photos des monts Huang (pas mal mais bon après Riboud, c’est dur de rivaliser) même si une vue d’un sous-bois plongée dans la brume sort du lot, et 2-3 photos d’Islande montrant des paysages à la limite de l’abstraction où ciels, neiges, terres et eaux se fondent les uns dans les autres.

Pierre Malphettes : nuages en verres suspendus entre sol et plafond, c’est bien fait mais ça ne me parle pas beaucoup.

Berndnaut Smilde : des photos de nimbus créés avec une machine à fumée dans des intérieures vides de tout objet ou présence. Très graphique et sans doute assez compliqué à monter, une très bonne trouvaille.

Olivier Masmonteil : le meilleur pour la fin, un patchwork de peintures petits formats, paysages pris de par le monde, qui parviennent à ne pas faire dépareillés mais, au contraire, se renforcent mutuellement.

2014-03-08 14.58.41

 

 

Site officiel : http://www.laposte.fr/adressemusee/visites-et-expositions/les-expositions-temporaires

Durée : 20 minutes

Tarifs : gratuit (c’est pas clair sur le site mais, si c’est gratuit)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s