Un beau Daumier, en noir et blanc

Visite chez ma tante pour une petite exposition (qui se termine la semaine prochaine, oui je suis un peu en retard). L’occasion de découvrir les lithographies d’Honoré Daumier

Excellente entrée en matière, on prend la peine de nous expliquer la technique lithographique. Les œuvres sont ensuite regroupées par grande thématique (la vie parisienne, les spectacles, la campagne, etc…), précisons que ces dessins politiques, comme la Rue Transnonain, ne sont pas l’objet de l’exposition.

Disons le de suite, chaque œuvre nécessite une lecture, une attention auxquelles nous ne sommes plus vraiment habituées, l’humour est toujours présent, en situation ou par des jeux de mots mais l’éloignement temporel n’aide pas à la compréhension. Heureusement, les explications sont là et nous aident (par exemple si vous ne savez pas que ceux qui faisaient la claque au théâtre étaient surnommés les romains…). L’artiste croque le spectacle en scène mais surtout le off, l’envers du décor avec ces acteurs obligés de mimer bombance sur scène et  mourant de faim à côté, ces orchestres somnolant et des parisiens déjà prêts à de longues queues pour voir les pièces :

image

image

Le dessinateur révèle aussi la passion maritime qui saisit la population de la capitale dans les années 1830, faisant du jour au lendemain de nombreux marins d’eau douce et voyant fleurir les sociétés de canotiers. Le moindre pécheur même infructueux devient la cible de l’intérêt d’une nuée de citadins :

image

Le spectacle est aussi dans la rue par les bateleurs, les saltimbanques ou lorsqu’il se moque des concours d’élégance de ces dames adeptes de robes aux corolles superlatives ou lorsqu’il décrit les embouteillages sur les délicieuses promenades où le tout-paris se montre :

image

Les expositions universelles, le Salon font aussi partie des sujets abordés. Concernant ce dernier, c’est l’occasion d’apprendre que déjà à l’époque les femmes regrettaient un regard un peu trop idéalisé de la figure féminine, toutes des Venus, et que les hommes hypocrites devant les scènes de nues, feignaient de ne pas comprendre l’Olympia de Manet.

image

L’exposition se termine sur les dimanches à la campagne, ses guinguettes, ses trains bondés pour y aller et ses aventures où l’on risque à tout instante de tomber sur un monstrueux crapaud et puis ses moments à boire…

 

En conclusion, une exposition sur un artiste vraiment intéressant sur une partie de son travail qui n’est pas forcément la plus connue, mais qui reste accessible de par les explications proposées.

 

 

 

Site officiel : http://www.creditmunicipal.fr/le-credit-municipal-de-paris/actualites/actualites.html

Site BNF pour voir des oeuvres complémentaires : http://expositions.bnf.fr/daumier/icono/index.htm

Tarif : 3 euros

Durée : 45 minutes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s