Métaphysique des cubes (et du compotier), Braque au Grand Palais.

 

 

_MG_7862J’avais opté pour une visite à destination myrmécologique, mais je reconnais avoir été un peu effrayé à la vue de la grouillante multitude, non à 6 mais 2 pattes, qui donnait de la mandibule devant le Palais de la Découverte. Ne pouvant repérer la reine qui les avait tirés du néant, et craignant, dans l’incapacité d’en tarir la source, de succomber aux masses pléthoriques, j’ai opéré un repli stratégique vers le Grand Palais. La foule, habituellement présente de manière caudale devant l’édifice, brillant par son absence, il était plus sage d’en profiter. Autant traiter le sujet tout de suite, à l’intérieur, il y avait aussi des colonies, plutôt des rouges voire… vermeilles et, on ne l’ignore pas, ces dernières sont souvent plus agressives.

Donc, Georges Braque. En rentrant, je connaissais surtout 2-3 tableaux, de forme ovales avec des formes vaguement violonesques et j’aimais bien la gamme chromatique restreinte utilisée. Et c’est à peu près tout. On apprend dès l’arrivée que Nicolas de Staël, que j’aime beaucoup même lorsqu’il peint du football, fait siéger Braque quelque part sur le Parnasse des peintres (s’il y en a un), une entrée en matière plutôt engageante donc.

1ère période

Le fauvisme, “à la Matisse”. De belles choses comme ce Paysage de la Ciotat :

 

_MG_7851 

 

 

 

   

2ème période : on rentre dans les cubes…

…et ce n’est pas fini.

Braque côtoie Picasso et Apollinaire. Pour sa première exposition,  Matisse parle de cette peinture nouvelle avec des “petits cubes”, le nom est alors tout trouvé. Tout peut se cubisiser, du paysage au portrait, tandis que petit à petit, les formes s’estompent et la palette chromatique décroit. On aboutit ainsi à des œuvres baroques, sans conservation des lois de la perspective, en camaïeu de gris/brun. Le ciel disparaît avec l’horizon, les ombres sont utilisées pour souligner les formes et les distinguer entre elles plus que pour matérialiser les sources lumineuses.

 

Grand Nu :

_MG_7854

Les sujets sont souvent des natures mortes avec compotier et/ou instrument de musique, le sujet importe moins que les liens qui s’établissent entre les formes et les couleurs.

 

Grand Nu

Maison à l’Estaque

_MG_7855  

Les toits à Céret

_MG_7857

Nature morte au violon (détail permettant de voir la touche pointilliste de l’artiste)

_MG_7859

 

 

 

3ème période : les papiers collés

La partie la moins convaincante de l’exposition, lorsque Braque colle par dessus des ébauches au fusain, des journaux, emballages, papiers peints kitschs.

_MG_7860

Compotier et cartes

_MG_7861

 

Rhum et Guitare

_MG_7863

4ème période : les cubes. Le retour

 

Mobilisé en 1914, grièvement blessé, il revient à la peinture en 17. On assiste au retour de la couleur, sous forme d’aplats, mais le vocabulaire n’a pas beaucoup évolué.

_MG_7864

La Joueuse de Mandoline

_MG_7865

Quelques pièces un peu à part qui laissent les thèmes récurrents sur le bord de la route :

Femme à la Mandoline, étude libre d’après Corot

 

Canéphore

_MG_7866

 

Le Duo

_MG_7867

5ème période : la courbe

Si la visite descend d’un étage, l’intérêt remonte. On abandonne un peu le
cubisme, pour découvrir des arabesques et des sculptures. L’artiste était fasciné par les textes antiques grecs et en illustre les grands pages et personnages principaux.

Hélios

_MG_7872

Les tableaux deviennent plus sombres avec le retour de la guerre et la période de l’occupation. Misère de la guerre, faim (les poissons), froid (le poêle), vanités, ténébreuses silhouettes de dos.

Les poissons noirs

_MG_7873

Vanitas

 _MG_7874   

5-6 voire 7 ème période (je suis perdu dans mes notes) : les séries

 

Les paysages

Quelques grands tableaux avec des outils agraires et surtout de petites pièces dans un format panoramique où tout est suggéré : pas de ligne d’horizon, pas de vie, de nuages, juste des couleurs, réminiscence de certains Van Gogh (Champs de blé sous un ciel d’orage). Impossible de les prendre en photos, dommage.

 

La série des billards (où l’on retrouve nos cubes) avec des billards qui semblent prendre déployer leurs ailes.

_MG_7875

Le billard sous le lustre

 

La série des Ateliers peuplés de grands formes d’oiseaux inquiétants.

Atelier V

_MG_7876

La série des oiseaux dont la production a été stimulée par une commande pour les plafonds du Louvre. Les créatures deviennent de plus en plus abstraites, épurées, anxiogènes. Elles évoquent plus souvent le corbeau que la colombe, la nuit la mort.

A Tire d’aile.

_MG_7877

Conclusion

Une exposition vraiment intéressante pour découvrir ce peintre même si je lui trouve une baisse de régime au milieu (la 2ème moitié du 2ème étage), où l’accumulation des tableaux n’apporte pas forcément d’éléments nouveaux.

Mention spéciale, quand même, les photos sont autorisées, certes pas pour toutes les œuvres mais c’est vraiment très appréciable.

 

Infos pratiques :

site officiel :http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/georges-braque

tarif : 12 euros

Durée : 1 h 45

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s