Réveil du pounke qui est en moi

Exposition en solo à la cité de la musique, m’enfin vu le thème je ne sais pas qui m’aurait accompagné.

Donc on commence – c’est surprenant – au son de l’hymne des Sex pistols (d’ailleurs c’est un peu dommage, il n’y a qu’un morceau en boucle et la directivité sonore est pas top du coup ça nous suit pendant toute l’exposition, alors j’aime bien mais ça lasse un peu). On découvre ainsi que les pistols sont une sorte d’urinoir de Duchamp, un boys band créé de toute pièce comme une œuvre d’art total car la musique n’est qu’une partie de la machine de guerre artistique de Malcom Mc Laren. le visuel est ultra travaillé, très loin de l’improvisation DIY abordée plus loin dans le parcours. Affiches, tenues, prospectus, tout est très léché et cohérent pour diffuser les sex pistols bien au delà de leurs quelques titres mémorables.

 

2013-11-16 12.39.39 

L’exposition propose une frise chronologique qui n’est pas de trop pour placer les repères temporels, on a du mal à raccrocher les wagons (perso j’ai une excuse, j’existais pas)  et à retrouver les cibles des messages et des slogans : par exemple qui est Klaus Croissant ? hein sans wikipedia ?

On suit donc l’évolution du mouvement jusqu’à la new wave puis la fin au travers d’affiches, pochettes de disques, flyers. La réalisation se fait, bien entendu, avec les moyens du bord – pochoir, coillage, polycopiage – mais ça marche, ça cogne même comme c’est hirondelle larguant une bombe.

J’ai eu un peu peur après la 2ème salle de ne toujours pas voir les Clash, heureusement l’expo se rattrape en seconde partie et leur donne la parole (un peu moins que les sex pistols quand même)

 

3 colonnes de TV cathodiques diffusent aussi en boucle quelques morceaux de bravoure, même si c’est le son est pas toujours top (pas étonnant les conditions devaient pas être optimales lors de la prise) :  mais rien que pour entendre une gamine de 8 ans dire à sa mère “écoute ça maman, c’est trop bon” en désignant un morceau de Starshooter,  ça valait le coup.

2013-11-16 12.51.46

Au sous-sol, des juke-box tactiles permettent de découvrir les hits des principaux groupes : une bonne façon i de noter quelques noms moins connus et se faire une playliste ultérieurement si comme moi vous ne connaissez pas grand chose en dehors des pistols, Clash, Public Image et Crass. Ma préselection serait :

  • Gang of Four
  • The damned
  • XTC
  • generation X

 

En conclusion

On apprend quand même pas mal de choses mais il faut être musicalement réceptif parce que si c’est vraiment pas votre tasse de thé, je vois mal comment rester plus de 30 minutes dans les salles.

Au chapitre des regrets, j’aurais bien aimé avoir un peu plus d’infos sur les héritiers du mouvement, l’essaimage extra-européen. Enfin on ressort quand même en fredonnant qu’on est un antichraïst donc c’est plutôt positif !

 

Tarif : 9 euros

Site officiel : http://www.citedelamusique.fr/minisites/1310_europunk/index.asp

Durée :1 h 30 – 2 h (il y a un long film en projection au sous-sol, 1 h30 je crois si on veut tout voir)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s