Kanazawa, l’art des guerriers

 

image Vu que cela concerne le Japon, on va encore me traiter de raclure complètement partiale mais cela ne m’empêchera pas de crier haut et fort que cette exposition est THE place to be en ce moment surtout qu’il pleut alors autant être à l’abri.

 

Certes elle est courte mais quelle densité dans ces quelques salles (5 si j’ai bien compté), où on a le sentiment que des chefs d’œuvre de chaque art ont été picorés dans les collections des musées japonais et rassemblés ici en une sorte de best-of. Mais un best-of cohérent et fluide, qui nous montre la synthèse réalisée à Kanazawa entre la culture élégante et raffinée incarnée par Kyoto et les aspects plus martiaux d’Edo, une dichotomie Athènes/Sparte en quelque sorte.

Les seigneurs de Kanazawa, 4ème ville du Japon au XVIIIème siècle, le clan Maeda, illustres combattants savent associer à leur culture guerrière quelque chose qui va au-delà du simple mécénat puisqu’ils pratiquent eux-mêmes les arts. Leur fief est un des plus riches du Japon et leur armurerie, où était élaborées armes et armures se transforment aussi vite en un atelier d’art lieu de convergence des meilleurs artistes de l’époque.

image

L’exposition se scinde en 2 parties, une première assez martiale mais d’un point de vue esthétique et une seconde, tripartite, consacrée au cérémonial du thé, au nô et à l’artisanat d’art avec notamment des laques maki-e qui sont probablement les plus belles qu’il m’ait été donné de voir.

img006

Armure de Maeda Toshimasa

 

img007 

Paravents, poèmes sur les six rivières de Tama

 

La cérémonie du thé

 

 

Nécessaire  à thé en bronze, Miyazaki Kanchi XII

2013-11-09 16.30.21

pot à eau de forme aplatie à ouverture en forme de gourde, Nonomura Ninsei

2013-11-09 16.32.00

Le Nô

masque fushiki- zô, époque Edo

2013-11-09 16.31.42

L’artisanat d’art

 

Ecritoire à décor maki-e de pin et de grues, attribué à Igarashi Zuiho

2013-11-09 16.30.42      2013-11-09 16.31.03   

Boîte pour pièces de sabre, maki-e de fleurs et de plantes d’une lande printanière

2013-11-09 16.36.01

 

Finalement, et la concomitance de cette expo et de nos cours du Louvre sur le XVII-XVIII m’y aide beaucoup, je me rends compte que, malgré l’éloignement spatio-temporel, je suis infiniment plus sensible à l’esthétique japonaise qu’à la française. Il faut dire aussi que la première, par sa sobriété, son dépouillement, sa recherche graphique, a été abondamment pillée par la modernité et par là même doit être plus facilement assimilé par nos petits esprits.

 

Conclusion

Laissez tomber ce que vous êtes en train de faire et dirigez vous vers la maison de la culture du Japon pour revivre pendant 1 heure, une brillante époque de panache militaire et de gloire artistique

Prix 7 €, catalogue 25 €.

Durée : 1 heures

Site officiel : http://www.mcjp.fr/francais/expositions/kanazawa-aux-sources-d-une-culture-765/kanazawa-aux-sources-d-une-culture

Désolé pour la qualité des photos, encore une fois c’était interdit donc je fais avec les moyens du bord mais raison de plus pour vous rendre sur place.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s