Mais c’est très bien aussi…et on reviendra

Lien vers l’abum Picasa

La terre, ouverte, le geste mille fois répété, le corme déposé au fond du sillon et l’avance, petit à petit jusqu’au bout du champ. Avant de revenir, encore une fois, et encore une. Voilà du moins ce que j’imaginais pour ces 2 jours en pays fort Sancerrois, puisque nous devions participer à la plantation du safran,  cette plante qui ignore la norme en fleurissant en plein automne.

Las, la météo en aura décidé autrement, la pluie de juillet a gentiment réduit à néant nos plans mûrement réfléchis et nos agendas savamment organisés. Malgré tout pas question de revenir dans nos pénates sans avoir profité de la région.

Sancerre et son vignoble sous la pluie : la dégustation est indispensable pour réchauffer le corps en l’absence du soleil estival.

Le vignoble sancerrois

La vigne

Sancerre

Une rose en tête de ligne

La Borne (http://laborne.org/), village de potiers, sans doute la plus grande concentration d’artistes céramistes en Europe : un joli musée très sobre met en valeur les plus belles pièces des artistes locaux qui en quelques années sont passés de production d’ustensiles classiques à des créations contemporaines très variées, multipliant formes et couleurs.

Vers Menetou-Ratel

Bourges : la cathédrale Saint-Étienne, dépourvue de transept, et visible à des kilomètres à la ronde domine la ville. La vue depuis la tour Nord mérite les 396 marches.

La vue depuis la tour nord

Sous terre aussi, l’église basse et la crypte offrent une visite très instructive : l’église basse soutient la cathédrale qui n’est pas construite sur un terrain totalement plat. La dénivellation, sous les chœur, est donc mise à profit avec une église basse qui offrait un abri appréciable aux artisans travaillant sur la cathédrale : l’esquisse de la rosace se retrouve ainsi sur le sol de cette église. Elle abrite aussi les fragments du Jubé qui, au Moyen-Âge, isolait les moines du Peuple. Ce portique qui traversait la nef illustrait les évangiles, dont lecture était donnée depuis un pupitre au sommet. Les sculptures, malheureusement, peu épargnées par les guerres de religion, conservent des traces de polychromie voire de verroteries.

Les traces de l'ébauche de la rosace dans l'église basse

Les verroteries sur le jubé

Le chaudron de l'Enfer, fragment du jubé

Le palais Jacques Cœur, construit au milieu du 15ème siècle, et récemment restauré, donne une idée de la richesse de ce marchand, devenu argentier de Charles VII avant de tomber en disgrâce pour être sauvé par le Pape et mandaté pour une croisade où il trouvera la mort. La façade sur rue richement décorée donne un avant-goût de l’intérieur et notamment de la somptueuse cour qui rappelle un peu celle des Hospices de Beaune.

La façade du palais

Les pleurants du tombeau du duc du Berry

La statue du maître des lieux

La ville est ponctuée de vieilles maisons à colombage et au gré des errances vous arriverez peut être aux marais de Bourges, colonisés par de potagers.

Les maisons à colombage

Sancerre vu depuis Pouilly

Lien vers l’abum Picasa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s