Tellement rommmmaaaanntttttiqqqquueee

Aujourd’hui les lacs sont à l’honneur. Enfin, plutôt, à tout seigneur, tout honneur, LE lac, le lac Majeur (Lago Maggiore si on veut faire plus suave). Comment dire, c’est un peu comme la côté d’azur mais avec un lac à la place de la mer (ok c’est pas avec cette remarque que j’aurais le Pulitzer mais pourtant c’est pas loin d’être vrai).

La matinée a débuté tranquillement (mises à part quelques, disons, frictions sur la route)par la visite du château de Vogogna dont je sais pas trop quoi vous dire alors je me contente de mettre une photo.

_MG_7376 Si la tour est semi-circulaire, il paraît que c’est très caractéristique (de quoi je sais pas mais c’est très caractéristique).

Ensuite le lac de Mergozzo avec la ville éponyme : le lac est relativement petit (par rapport au lac Majeur tout proche) mais la cité alterne petites ruelles charmantes et belles bâtisses colorées abritant parfois des pizzerias dans laquelle nous déjeunons. Oui parce qu’il faut savoir que pendant ce trajet, on mange beaucoup….

_MG_7392 _MG_7390
_MG_7379 _MG_7465

Nous arrivons rapidement après au lac Majeur. Soyons franc, j’avais imaginé ça beaucoup plus sauvage. La route flirte régulièrement avec le bord du lac et les bâtiments plus ou moins récents saturent tous les espaces constructibles (cad tous les espaces non verticaux).

Cette déception encaissée, nous décidons de prendre le bateau. Alors là pause, je dois avertir mon fan-club qui risque d’être choqué par la violence de ce qui va suivre : ce n’est pas un bateau qui va vite mais un simple transbordeur qui assure la liaison entre le littoral et les îles toutes proches.

_MG_7397

Au programme, l’île Pescatori, charmant mais trop touristique conglomérat de boutiquiers de souvenirs et camelotes diverses, restaurants et c’est tout. Mais bon, pour tout dire, c’est le genre d’endroits qui rend mieux lorsqu’on est en couple que lorsqu’on est une bande de potes un peu lourdingues….

_MG_7405

La  suivante, l’Isola Bella reprend en partie les traits de la précédente mais y ajoute un palais (sans nom, appelons le palais d’Isola Bella) et un jardin qui atteignent (on peut même dire explosent) tous les sommets du kitsch, de l’opulence, et du grandiloquent. Mais le kitsch, quand il est mis en oeuvre par les plus riches seigneurs lombards, devient juste impressionnant.

Au grand salon achevé au 20ème siècle après 300 ans de travaux (dont 200 ans d’interruption) succèdent des dizaines de pièces pensées à la même échelle démesurée. Mais ce sont les grottes qui tiennent le ponpon : 6 pièces dont planchers, murs, plafonds, colonnes, bref tout est couvert d’un pisé blanc et noir constitué de marbre brut local et de roches volcaniques du Vésuve.

_MG_7428 Le grand salon (dsl mais les photos étant pas forcément autorisées j’ai cadré au pif)
Le plafond d’une des grottes _MG_7433

Ensuite, au bout d’une galerie d’une trentaine de mètres de longueur, nous aboutissons aux fameux jardins. Première surprise, il est peuplé de paons albinos. Deuxième surprise, on s’aperçoit vite que la conception a été confié au même psychopathe que celui des grottes : la décoration toujours assez chargée le dispute aux fleurs et statues d’angelots, le tout intégré dans le majestueux panorama des environs. En un mot comme en cent, c’est tout de même joli, kitsch et toujours aussi romantique (attention pas au sens « je reflète mes états d’âmes dans de sombres et sauvages landes désolées », mais plutôt le côté « rrrroooohhhh ça donne trop envie de faire des calins », bref vous comprenez)

_MG_7446
_MG_7445
_MG_7448 quand je vous dis qu’il y a des
statues partout !

Une fois de retour sur le berges, nous poussons à peu l’excursion vers Arona qui abrite la deuxième plus grand statue du MONDE (catégorie des statues où on peut monter dedans) : la statue de San Carlo Borromeo, archevêque local et cardinal de Milan.

La fameuse statue, la presque plus grande du monde. _MG_7461
_MG_7463 Le château d’Angera.

Quelques emplettes plus tard et retour à Antronapiana pour une pizza bien méritée (oui toujours au même resto et d’ailleurs à la même table, celle des pestiférés, lépreux et autres touristes).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s