Pourtant je suis un garçon sensible…

…mais je n’ai rien ressenti de particulier sur le vortex, à part de la fatigue. Mais avant d’en arriver là, petit retour sur une grosse journée rando.

Départ un peu plus tardif que prévu mais l’horaire n’est pas non plus très contraignant : nous n’avons qu’une vingtaine de miles à faire vers le nord de Sedona pour atteindre la première trail.


Chemin faisant, nous constatons que les américains savent vraiment être efficaces : il y a des préposés à la tenue des panneaux lors des travaux sur les routes, 2 personnes à plein temps qui à bout de bras maintiennent verticalement une injonction de ralentir.

Et franchement, ça marche, non seulement on a ralenti, mais j’étais même prêt à m’arrêter !

Voilà, donc ça c’est fait. La première rando se déroule en milieu boisé (conifères non identifiés, petits chênes et fougères), en remontant une rivière que l’on traverse (ou dans laquelle on patauge) à multiples reprises.

La seconde a lieu dans Sedona. Mais, comme je l’écrivais hier, on a pas franchement l’impression d’être en ville : le milieu est plus aride avec de grands cicas.

Pour marquer l’itinéraire, point de tâche de peinture mais des cairns préconstruits : une armature cylindrique ajourée contenant les cailloux. Ils sont forts ces ricains !

Une remarque (intéressante, alors merci de la lire) : dans toutes les balades et les parcs nationaux et régionaux visités, la faune est très présente, beaucoup plus à mon sens que dans nos propres parcs. Mis à part ces saletés d’écureuils, qui vous regardent les yeux injectés de sang, avant de se précipiter, toutes griffes en avant, vers votre repas, il y a énormément de cervidés (mule deer, elk, etc), d’oiseaux divers et variés (je connais pas le nom, inutile de me demander), des renards (avec leurs petits), des chipmunks (les mêmes que Tic et Tac, d’ailleurs ils courent vraiment comme dans le dessin animé), des lointains descendants de dinosaures (des lézards quoi, certains membres de notre groupe en ont plus de 2000 photos). Il paraît qu’on peut aussi croiser des cougars, mais personne n’est jamais revenu pour le raconter.
Fin de la parenthèse.

Enfin, la troisième rando est consacrée à un vortex avec vue : c’est comme un vortex sans vue mais au pire on peut toujours profiter du panorama.

L’ascension est courte mais pénible, avec une jolie vue sur Sedona et ses environs. Arrivée au sommet (et donc au Vortex), je suis accueilli par une fée aux très jolis yeux verts ! Ce n’était donc pas des histoires !
Je contemple de mes yeux éberlués une anthropomorphisation de forces telluriques issues du fond des âges.

Cependant, je dois rapidement déchanter : en réfléchissant un peu, il doit
être quand même assez peu probable qu’une fée (même moderne) porte des chaussures de randos et une poche à eau (personnellement j’aurais préféré des rangers cloutées et une longue robe noire et … oups là je m’égare).
Donc, c’est joli mais je ne ressens rien de particulièrement spécial sur cet endroit. Je n’irai cependant pas dire que c’est une arnaque, après tout on ne peut y trouver que ce qu’on amène et je n’étais peut être pas dans le bon état d’esprit.

Le soir, détente à l’hôtel, et après un repas passé au bord du golf, piscine (tout en regardant les étoiles), jacuzzi et comatage.

Maintenant, flotte dans l’air comme un parfum de fins de vacances, il reste encore 4 j pleins aux USA : demain nous avons 7 h de route pour le retour à San Diego avant de partir samedi et dimanche sur l’île de Catalina, au large de LA. Probablement pas de post sur le blog avant lundi donc.
Lundi, dernier jour à San Diego qui sera certainement consacré à l’achat de babioles….
Et mardi on rentre !

PS : « on » m’a demandé de mettre la photo suivant destinée uniquement (dans l’esprit de « on ») que je suis un geek. Remarquez plutôt l’assiduité au travail, la position vautrée de recherche de vitesse et l’air attristé devant les vilenies de ce monde. Remarquez aussi le téléphone Cisco.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans USA. Bookmarquez ce permalien.

Une réflexion sur “Pourtant je suis un garçon sensible…

  1. Complément sur la foret de la première rando : elle comprenait également moult vigne sauvage (ben si, fou) et quelques platanes (ou arbres très similaires) qui faisaient carrément déplacés au milieu des connifères.
    Et sur la seconde : j'ai adooooré les collines rouges peuplées de champs de cactus, sur fond de cholis cailloux (rouges) et de beau ciel bleu. Je vais faire un groupe de pression pour ajouter une photo.
    Suite de la journée pour un groupe B : là ou les furieux (ou mystiques ou les deux) ont escaladé Cathedral point à la recherche de vortex, d'autres se sont initiés au golf sur le terrain paradisiaque de l'hôtel. Le canard a survécu à la balle perdue, merci. On s'est bien amusés. Seule la nuit nous a arrêtés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s