Piège en eau douce à grande vitesse


Comme prévu, aujourd’hui c’était bateau sur le lac Powell. Mais attention, le but n’était pas réitérer sur mer ce que l’on doit subir sur route avec notre subaru (d’ailleurs le test complet de ce véhicule est prévu dans un prochain message) : il fallait de la puissance. Alors quand la (charmante) hotesse du loueur nous a demandé ce qu’on voulait, nous avons répondu comme un seul homme : vous ! euh non, le bateau qui va vite.
Aux USA, ça s’appelle un skiboat ça sert à faire du ski nautique du coup, on a aussi pris des skis.

Après les explications du moniteur (qui avait des cicatrices à la jambe à faire pâlir un Valentin), on part voir le rainbow bridge : d’ailleurs cette arche n’est qu’un prétexte ce qu’on veut c’est faire de la vitesse.

Vus de l’eau, les paysages sont magnifiques : en plus il fait moins chaud et c’est moins fatiguant qu’à terre. Ai-je déjà mentionné que le bateau va super vite et que c’est super fun ?

Je passe sur le premier accostage qui a mis en évidence les quelques lacunes de l’équipe dans la coordination ancre/saut à terre/marche arrière/trouver la corde/lancer de corde/faire un noeud.

Le deuxième accostage a lieu à l’embarcadère de Rainbow Ridge : très touristique mais on a l’opportunité de frimer devant les prolos venus avec le gros bateau tout lent.

Bon l’arche ça donne ça (oui je sais mais on avait le soleil en face et on peut pas passer en dessous) :

On est rapidement reparti pour se baigner, aller vite, et faire du ski nautique : enfin seul le kamikaze du groupe s’est résolu à faire cela d’autant que l’eau est super froide quand on ne nage pas. Le skieur était bien (sans plus), mais il a été grandement aidé par le pilote du bateau.

Le chemin du retour a nécessité un petit refuel : le bateau va vite, mais ça consomme ! 148 L dans la journée pour environ 90 miles. Promis on va compenser nos émissions de CO2.

Ensuite, nous avons eu l’immense privilège d’accoster à un équipement singulier du lac : les toilettes flottantes. Bon on a eu du mal à les trouver mais ça valait le coup :

Et ensuite c’est le retour (à toute berzingue, parce que le bateau va vite) à la marina. Et enfin, le moment tant redouté de quitter notre embarcation (qui va vite).

Du coup, on sait pourquoi les américains ont des petites maisons avec un gros bateau (et une Harley, et un gros pickup et la remorque qui va bien) : le bateau c’est plus cool !

PS : j’ai dit que le bateau allait vite ?

Publicités
Cette entrée a été publiée dans USA. Bookmarquez ce permalien.

2 réflexions sur “Piège en eau douce à grande vitesse

  1. Non, tu l’as pas dit mais à en regarder les photos, je trouve qu’il fait un peu léger puis il bouge pas en plus donc je te soupçonne de me ntir! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s